Découvrez la contribution que l’équipe Projets de Manutan peut apporter à votre organisation

Fort de sa grande expérience, Manutan est le partenaire idéal pour tous vos projets. Par exemple, nous pouvons vous aider à aménager un nouveau bureau durable, un atelier sûr, un entrepôt plus efficace ou un espace extérieur optimal. Du conseil et de la conception à l’achat et l’installation, nous nous occupons de tout ce dont vous avez besoin et vous fournissons une solution clé en main afin que vos activités quotidiennes puissent se poursuivre normalement. De nombreuses entreprises vous ont précédé et ont fait appel à nous pour des projets de petite ou grande envergure. Nous vous présentons avec plaisir trois cas clients néerlandais inspirants. 

Un back-office pratique pour l’hôtel The Florian  

The Florian est un hôtel unique, situé aux abords de Hoofddorp. Ce magnifique établissement design comporte non seulement des chambres, mais aussi des salles de réunion inspirantes, un bar, un restaurant et une salle de sport. Par ailleurs, le bâtiment est absolument charmant et offre un confort moderne. Un back-office fonctionnel, aménagé de façon pratique, où les collaborateurs se mobilisent pour assurer le bon fonctionnement de l’hôtel, est évidemment indispensable pour un tel hôtel. Et c’est précisément pour cette partie fonctionnelle que l’expertise de Manutan s’avère utile.

Dans ce cas précis, l’équipe Projets de Manutan a apporté un certain nombre d’avantages significatifs. Ainsi, nos experts ont donné des conseils concernant l’aménagement et les fournitures. Quelques exemples : aménagement de la salle du personnel, installation des conteneurs à déchets appropriés (un point essentiel dans un hôtel), utilisation optimale des espaces de bureau relativement petits et fourniture d’un matériel ergonomique de qualité. Notre équipe a réfléchi aux produits adéquats et offert la facilité de tout acheter chez le même fournisseur. La réflexion commune, les lignes de communication courtes et l’installation de tout l’équipement ont conduit à une expérience très agréable avec notre équipe Projets. 

Nouveaux espaces de stockage pour WilgaerdenLeekerweideGroep 

WilgaerdenLeekerweideGroep (WLG) délivre des soins et une assistance aux personnes vulnérables, principalement dans le cadre des soins aux personnes handicapées et aux personnes âgées. En raison de sa croissance, cette entreprise basée en Frise-Occidentale cherchait à réaménager de manière pratique son siège implanté à Wognum. Elle a fait appel à Manutan pour aménager un plus grand espace pour l’équipe agrandie du département technique. Par ailleurs, un entrepôt agencé de manière intelligente et claire était nécessaire afin d’accroître l’efficacité.  

WLG était déjà client chez Manutan depuis longtemps et nous a engagés dès le début du processus. Selon ses propres dires, l’entreprise est ravie de « ne pas avoir dû réinventer la roue » elle-même : notre équipe Projets s’est occupée du concept, des dessins et du choix des matériaux. Grâce à la communication rapide et transparente ainsi qu’à l’expertise et la flexibilité du consultant projet et de l’équipe de montage, les nouveaux espaces ont pu être mis en service rapidement et le budget a été parfaitement respecté.

Unités de bureaux uniques pour Blozo B.V.  

Pour l’usine métallurgique Blozo, une mise à niveau s’imposait à la suite d’un certain nombre de changements organisationnels. Afin de stimuler les nouvelles équipes, l’esprit d’équipe et la responsabilité, il fallait créer des espaces de bureaux (des « foyers de joueurs ») à proximité de la production. Chaque équipe représente une équipe de football américain. L’idée est que l’expédition en bonne et due forme de toutes les commandes s’apparente à un sport d’équipe, où la collaboration et la persévérance sont indispensables. Le partenaire pour réaliser ce projet ? Vous l’aurez deviné : l’équipe Projets de Manutan.  

Ce projet constituait un véritable défi parce qu’il nécessitait un travail sur mesure de grande envergure. Néanmoins, notre consultant a su cerner les besoins et nos monteurs se sont mobilisés dès le départ afin de garantir une installation optimale et rapide. Les « foyers des joueurs » ont été réalisés un par un et, pendant ce temps, l’activité de Blozo a pu se poursuivre normalement, sans retard ni perte de chiffre d’affaires. Pour Blozo, la rapidité, le professionnalisme et la prise en charge complète ont été les points forts de ce projet.

Vous aussi, vous allez faire appel à notre équipe Projets ? 

Comme vous pouvez le constater, notre équipe peut intervenir pour une multitude de projets. Que vous souhaitiez réaménager vos bureaux, ayez des questions sur le routage et la planification de votre logistique ou cherchiez un partenaire capable de réfléchir avec vous sur le design, l’ergonomie et le développement durable, nous sommes à votre disposition. Du conseil et de la planification au sur-mesure, à la livraison et l’installation. Grâce à notre grande expérience en matière d’aménagement de bureaux, d’ateliers, d’entrepôts et d’espaces extérieurs, nous disposons d’une expertise dans différents domaines et aucun projet n’est trop ambitieux pour nous.  

Quel est votre défi ? Notre équipe Projets se fera un plaisir de vous aider !  

Guide d’achat : les poubelles de tri pour extérieur « Made in Europe »

Quel bilan établir en amont pour bien choisir ses poubelles de tri extérieures ?

Avant de se lancer dans l’achat de poubelles de recyclage pour l’extérieur, il est essentiel de faire un bilan des besoins. Cet état des lieux de la gestion des déchets en entreprise commence par une identification des déchets à trier. Il passe ensuite par l’étude des lieux d’implantation des poubelles de tri à l’extérieur et l’établissement d’un budget d’achat.

Identifier la quantité et le type de déchets à trier

Pour déterminer le nombre de poubelles nécessaires et leur capacité en litres, il faut commencer par mener une étude sur la production de déchets au sein de chaque service de l’entreprise. En plus de dresser un bilan du nombre de litres de déchets produits, la prise en compte des besoins et des attentes des collaborateurs favorise l’engagement dans le tri des déchets.

L’étape suivante est de prendre en considération les besoins en poubelles de tri pour les déchets jetés par les visiteurs (clients, fournisseurs, livreurs, passants, etc.). Il convient enfin de se renseigner sur les matériaux recyclables. Prenez contact avec les collectivités et entreprises locales pour obtenir des informations à ce sujet.

Une fois l’état des lieux établi, il ne faut pas oublier d’apposer sur les poubelles des logos à la fois visibles et parlants pour les utilisateurs afin de s’assurer que les consignes de tri soient bien respectées. Mettre en place une communication interne sur le sujet permet également de sensibiliser les collaborateurs sur l’importance d’une bonne gestion des déchets.

Choisir les lieux d’implantation des poubelles de recyclage à l’extérieur

L’emplacement des poubelles de tri en extérieur a une influence sur le choix de certaines de leurs caractéristiques. Des bacs et conteneurs particulièrement exposés au soleil et aux changements de température doivent être conçus dans des matériaux résistants aux intempéries. Des corbeilles placées dans des zones non couvertes ont besoin d’être équipées d’une protection contre la pluie.

Les poubelles doivent aussi s’intégrer de manière harmonieuse dans leur environnement. Leur design et les matières choisies doivent s’accorder avec le paysage et les bâtiments alentour.

Un autre critère à prendre en compte est celui de la sécurité. Des poubelles placées dans un lieu accessible au public sont plus susceptibles d’être volées, déplacées voire endommagées. Il faut donc prévoir des poubelles spéciales qui éviteront ce genre de désagrément.

Gérer son budget d’achat de poubelles de tri pour l’extérieur

Fixez votre budget en amont pour déterminer le montant alloué pour chaque poubelle de tri d’extérieur et ainsi savoir vers quelle gamme de prix vous diriger.

Une gestion efficace du budget des poubelles de tri nécessite aussi de faire un point sur les besoins en poubelles d’intérieur. Une grande partie des déchets déposés dans les poubelles de recyclage en extérieur provient de l’intérieur des locaux de l’entreprise. Les personnes qui génèrent ces déchets, que ce soient dans les bureaux, les lieux de restauration collective ou les espaces de production, doivent disposer de bacs et de corbeilles adaptés à leurs besoins.

Quels avantages à choisir du « Made in Europe » pour des poubelles de tri ?

Le choix du « Made in Europe » pour l’achat de matériel est source d’avantages pour l’entreprise. Cette provenance offre un certain nombre de garanties quant à la fabrication des produits et leur acheminement.

Les marques « Made in Europe », gage de qualité

En choisissant d’acheter à l’intérieur de l’Europe, une entreprise est assurée d’acquérir des produits conformes aux normes en place, qu’elles soient issues de la législation de l’Union européenne ou prises au niveau national par les pays.

Ces réglementations touchent notamment la composition, la conception et la qualité de produits tels que des poubelles de tri pour l’extérieur. De plus, les entreprises qui commercialisent des biens en Europe sont soumises à des règles imposant une transparence qui favorise une meilleure traçabilité des produits.

L’atout stratégique des partenariats européens

Acheter ses marchandises en Europe au lieu de faire appel à un fournisseur situé à l’autre bout du monde permet de réduire considérablement les distances à parcourir pour les produits. Cette plus grande proximité facilite l’approvisionnement, ce qui se répercute ensuite de manière positive sur les délais et les prix pour le client final.

Le « Made in Europe » au service de la RSE

La RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) est aujourd’hui un sujet incontournable. Mettre en place une politique RSE permet à une entreprise de se valoriser auprès de ses partenaires, de ses clients et de ses équipes en interne.

L’achat « Made in Europe » permet à une entreprise de soutenir sa politique RSE en lui permettant de :

  • Contribuer au développement économique du continent européen ;
  • Acheter des produits bénéficiant de labels et de certifications RSE européens ;
  • Minimiser l’empreinte carbone liée à l’acheminement des biens.

Comment choisir des poubelles de tri d’extérieur ?

Il existe plusieurs sortes de poubelles de tri pour extérieur répondant aux demandes spécifiques des entreprises. Capacité, système d’ouverture et signalétique, comment combiner les options disponibles pour équiper votre site professionnel du système de tri le plus adapté ?

Un format adapté à l’utilisation

La capacité des poubelles doit être cohérente avec la quantité de déchets qui y est déposée ainsi que la fréquence de vidage. Le type de poubelle doit aussi être adapté au public qui l’utilise. Par exemple, une corbeille ou un bac à usage collectif, placé à l’entrée d’un bâtiment ou dans un espace de pause, ne dépassera souvent pas les 100 litres. Pour recueillir des déchets d’usine et des emballage issus d’entrepôts, des conteneurs d’une hauteur plus importante et pouvant atteindre les 1 000 litres seront plus adaptés.

Les caractéristiques à prendre en compte pour choisir une poubelle de tri pour extérieur

Les fabricants de poubelles ont développé différentes gammes de bacs, de conteneurs et corbeilles destinés à un usage extérieur, offrant des niveaux de qualité et de prix adaptés à tous les budgets. Parmi les caractéristiques et options proposées, on retrouve principalement :

  • Différents types des couvercles fixes ou amovibles ;
  • La possibilité de verrouiller le couvercle ;
  • Divers matériaux adaptés à l’extérieur tels que le plastique ou le métal ;
  • Le choix entre des corbeilles avec ou sans sac ;
  • La présence de cendriers sur les corbeilles ;
  • Plusieurs systèmes de fixation (mural, au sol, sur un poteau) ;
  • Des poubelles mobiles équipées de roulettes ;
  • Des modèles aux formes et hauteurs différentes ;
  • Une fermeture automatique pour les produits dangereux et inflammables.

Une signalétique claire pour différencier les poubelles de tri en extérieur

Favorisez la mise en place du recyclage dans les espaces extérieurs en identifiant clairement les différents types de déchets attendus. Ainsi, un code couleur répété sur l’ensemble du site peut permettre aux personnes de se familiariser avec le tri dans votre entreprise.

Des affiches peuvent être installées à proximité de chaque poubelle pour illustrer les types de déchets à jeter. L’illustration est une manière rapide d’informer, notamment lorsqu’il s’agit de recycler des déchets différents, mais issus de la même catégorie, tels que les plastiques. Le plastique se présente en effet sous plusieurs formes, parfois traitées séparément.

La forme de l’ouverture dans le couvercle peut enfin être un signal permettant d’indiquer le type déchet à jeter (gobelet, papier et carton, bouteille en plastique, canette en métal, mégot, etc.).

Enfin, comme évoqué plus haut, la mise en place d’une communication interne est aussi un bon moyen de former les utilisateurs afin de garantir leur respect des principes du tri sélectif.

Pourquoi équiper son entreprise de poubelles de recyclage pour extérieur ?

Si l’installation de poubelles de tri sélectif à l’intérieur des locaux est devenue une évidence pour les entreprises, il ne faut pas négliger d’équiper également les espaces extérieurs en poubelles de recyclage. Cette mesure vient répondre à des impératifs en termes d’image d’entreprise, de budget et parfois de législation en vigueur.

Quels sont les avantages économiques et écologiques du tri des déchets en entreprise ?

En dehors de toute obligation légale, le tri des déchets en entreprise présente des atouts sur le plan économique. L’installation de poubelles de tri sélectif implique pour une entreprise de mener une réflexion de fond sur la diminution de ses déchets et la revalorisation des ressources inutilisées.

Bien évidemment, le tri des déchets constitue un enjeu environnemental de premier plan. Le tri des déchets favorise la fabrication de nouveaux produits à partir de matières recyclées. Il existe aujourd’hui des filières de revalorisation des métaux ou de recyclage des déchets bois. Cette économie de matières premières permet de réduire l’utilisation des ressources nécessaires à leur extraction et à leur transformation (énergies fossiles, bois, charbon, gaz, eau, etc.).

Comment le tri sélectif améliore-t-il la gestion des déchets en entreprise ?

Être bien équipé en conteneurs et en poubelles de tri sélectif d’extérieur est le pilier d’une gestion des déchets efficace et sécurisée. Le tri sélectif s’effectue en fonction du type de déchets (papier, plastique, verre, métaux), de leur méthode de traitement et de leur dangerosité.

Le choix de poubelles de recyclage d’extérieur adéquates (système de couvercle, capacité, matière…) a un impact sur les coûts du recyclage. Pour évaluer ces coûts, il faut prendre en compte le temps passé par les salariés pour trier et se déplacer jusqu’aux poubelles idoines. Le tri poussé de certains matériaux permet aussi d’assurer la revente des déchets revalorisables à des sociétés de collecte.

Approfondissez vos connaissances sur cette thématique en téléchargeant notre livre blanc « La gestion des déchets en entreprise ».

Des projets de vacances ? Voici toutes les réponses à vos questions les plus importantes

Quelles sont les règles générales concernant les jours de vacances ?  

En tant que collaborateur, vous accumulez chaque mois des jours de congés payés. Bien que le nombre de jours de congé octroyés varie d’un pays à l’autre, cette période de repos contribue à préserver la santé des travailleurs. Cela s’applique à tous les travailleurs, quelle que soit l’entreprise, quels que soient les jours fériés et tous les autres jours pouvant être accumulés en vertu de conventions collectives. Ces jours de congé doivent normalement être utilisés après une période de référence établie par l’employeur ou dans les conventions collectives. 

Puis-je prendre mes vacances d’été quand je veux ? 

En principe, votre employeur doit accepter votre demande de congé. Vous avez également droit à deux semaines de vacances consécutives entre le 1er mai et le 31 octobre. Un employeur ne peut s’y opposer que si vos vacances engendrent des problèmes majeurs pour l’entreprise (intérêts supérieurs de l’entreprise). Ou lorsqu’il y a des vacances collectives, comme dans les secteurs de la construction et de l’éducation. Votre employeur peut alors s’y opposer par écrit, mais doit néanmoins vous permettre de prendre vos vacances à un autre moment.  

En pratique, la fixation des congés relève souvent d’une concertation entre le travailleur et l’employeur. Si vous informez votre patron à temps, la répartition des jours de vacances des collaborateurs peut être organisée de manière à ce que les activités de l’entreprise puissent se poursuivre. De nombreuses entreprises ont des conventions collectives de travail ou des accords de branche qui définissent plus précisément les règles en matière de vacances, notamment en fonction de la branche ou de la taille de l’entreprise. 

N’oubliez pas non plus de consulter votre collègue direct. Ce n’est pas seulement correct vis-à-vis de votre manager et du collègue en question, mais cela est également positif pour votre propre tranquillité d’esprit une fois que vous êtes en vacances et que vous savez que l’on prend bien soin de votre travail.  

Puis-je être prioritaire lors de ma demande de vacances d’été ? 

Votre employeur peut accorder des priorités si des règles de priorité ont été convenues à l’avance. Par exemple, votre employeur peut décider que les travailleurs ayant des enfants en âge scolaire sont prioritaires pour prendre des congés pendant les vacances scolaires. Il peut procéder de la même manière pour les travailleurs dont le partenaire est actif dans l’enseignement ou dans la construction, ou sur la base de l’ancienneté. Toutefois, ces accords doivent figurer dans votre CCT, dans vos conditions de travail ou dans le manuel du personnel. Et en l’absence d’accords ? Aucun traitement prioritaire n’est autorisé. 

Puis-je également prendre un congé sans solde en été ?  

En cas de congé sans solde, vous prenez une période de repos pendant laquelle vous ne percevez pas de salaire. Vous pouvez le faire, par exemple, si vous souhaitez faire un voyage plus long et que vous n’avez pas assez de jours de vacances. Le congé sans solde n’est pas réglé dans la loi. Votre CCT peut contenir des règles à ce sujet, mais c’est souvent quelque chose que vous devez négocier avec votre employeur et que ce dernier, du reste, peut également légitimement refuser. En principe, un accord oral suffit à cet égard, mais il peut être judicieux de le consigner par écrit pour éviter toute ambiguïté par la suite. Gardez également à l’esprit que les congés sans solde doivent souvent être pris plus tôt que les jours de congé habituels, afin que votre employeur puisse en tenir compte dans la planification de l’entreprise.    

Problèmes de santé : que se passe-t-il si je tombe malade pendant mes vacances ? 

Il peut arriver que vous tombiez malade en vacances. C’est bien sûr très ennuyeux, d’autant plus que la législation belge ne permet pas encore à un travailleur de récupérer ses jours de vacances en cas de maladie. Bonne nouvelle : selon toute vraisemblance, cette réglementation changera à partir du 1er janvier 2023, et vous pourrez désormais signaler votre maladie pendant vos vacances et prendre vos jours de vacances plus tard.  

Néanmoins, si vous tombez malade avant le début du congé, vous pouvez reporter les jours à prendre.  

Suis-je obligé de prendre des jours de vacances pendant la période estivale ?  

En tant que travailleur, vous pouvez décider vous-même quand prendre vos jours de vacances. En principe, un employeur n’a pas son mot à dire à ce sujet. Il y a bien sûr des secteurs où une exception s’applique, comme ceux de la construction et de l’éducation. Si vous, en tant qu’employeur, souhaitez fixer un congé collectif ou des jours de repos obligatoires, cela doit être déterminé au préalable dans une CCT ou dans le contrat de travail.  

Puis-je prendre des vacances au cours de ma première année de travail au service d’un employeur ?  

Le nombre de jours de vacances est déterminé sur la base des prestations au cours l’année civile précédente (« exercice de vacances »). Ceci est bien sûr désavantageux si vous venez de commencer un nouvel emploi. Heureusement, il existe un régime de vacances supplémentaires, grâce auquel vous pouvez demander des jours de congé après une période initiale de 3 mois.  

Les jeunes en fin de scolarité bénéficient également du système avantageux des « vacances-jeunes ». Ce régime donne droit à 20 jours de vacances, pendant lesquels le jeune perçoit une allocation de vacances-jeunes à charge de l’ONEM. Il n’est pas possible de combiner les vacances-jeunes avec des vacances supplémentaires, il faut opter pour l’un des deux régimes.   

Puis-je reporter mes jours de vacances non utilisés à l’année suivante ?  

Les jours de vacances légaux que vous n’avez pas pris expireront après le 31 décembre de la même année et ne pourront donc pas être reportés à l’année suivante. Assurez-vous donc d’en tirer le meilleur parti et de planifier vos jours de vacances à temps afin d’obtenir le repos que vous méritez.  

Une fois vos vacances planifiées  

Une fois les jours de vacances organisés, la joie anticipée et les préparatifs peuvent commencer. Il y a encore un certain nombre de choses que vous pouvez faire avant vos vacances pour vous assurer de partir vraiment détendu. Nous vous donnons 5 conseils pour laisser votre travail en toute quiétude derrière vous. Découvrez-les ici . Et ensuite, place aux plaisirs de vacances ! 

Vous partez en vacances ? Voici 5 conseils qui vous permettront de quitter votre travail en toute décontraction

Une bonne préparation…

Des vacances relax commencent par une bonne préparation. Au travail aussi. C’est pourquoi commencez les préparatifs de vos vacances sur le lieu de travail deux à trois semaines avant votre départ. Par exemple, informez bien à temps vos clients et collègues de votre absence. Prenez les dispositions concernant votre remplacement une semaine avant vos congés et pas le dernier jour.

Pour la cessation de vos activités aussi, vous devez prévoir une marge dans votre agenda. Ainsi, prévoyez suffisamment de temps pour déléguer vos tâches et n’en acceptez plus de nouvelles la dernière semaine. Cela vous permettra de tout bien terminer à temps et les derniers jours de travail seront plus relax.

Prenez des dispositions claires concernant les tâches à déléguer

Vous avez envie de finir votre dernier jour de travail en ayant la conscience tranquille ? Des dispositions claires concernant les tâches à déléguer sont dans ce cas indispensables. Finalement, vous serez plus serein si vous savez que le travail sera bien pris en charge. Veillez dès lors à préciser les points suivants :

  1. Ce que vous attendez.
  2. Quand les tâches devront être réalisées.
  3. Qui est concerné.
  4. Où se trouvent les informations nécessaires.
  5. Éventuellement une description de la procédure ou un exemple de la façon de procéder.
  6. Indication d’un statut si nécessaire.

Consulter sa boîte mail de son hamac ou pas ?

Pour que tout se passe bien, faites en sorte que les choses soient claires. Indiquez dès lors clairement si vous serez joignable ou non pendant vos vacances. Vous allez disparaître de la surface de la Terre pendant un moment ? Communiquez dans ce cas le nom de la personne à laquelle votre collègue ou votre client pourra s’adresser. Vous souhaitez encore régler quelques points et être joignable pendant vos vacances ? Il sera alors judicieux de convenir de moments fixes auxquels on pourra vous joindre et vous consulterez vos e-mails. Tout le monde saura ainsi exactement quand vous serez joignable, ce qui vous rassurera également.

Le pouvoir d’un message automatique d’absence clair

Pendant que vous profitez de vos vacances, les e-mails continuent d’affluer. Il est donc temps de mettre en place un message automatique clair qui informe de votre absence et de la personne de contact alternative. Activez-le le matin de manière à ne pas être dérangé inutilement par des affaires non urgentes. Vous pourrez ainsi finaliser les derniers points tout à votre aise.

Prévoir

Une fois de retour, vous souhaitez continuer de savourer ce sentiment relax que procurent les vacances ? Prévoyez dès lors suffisamment de temps pour vous remettre dans le bain et discuter des tâches effectuées tranquillement. Par exemple, organisez une réunion avec vos remplaçants, prévoyez du temps pour mettre à jour votre boîte mail et éventuellement évaluer les possibilités d’amélioration.

Le jour du dépassement : une date de prise de conscience

Plus de 4 planètes nécessaires    

Si toute l’humanité vivait comme les Belges, nous aurions besoin de plus de 4 planètes. Un rapport du WWF-Belgique rédigé en collaboration avec le Global Footprint Network révèle que l’empreinte carbone constitue 65 % de l’empreinte écologique totale de la Belgique. Dans un même temps, la biocapacité (la capacité à produire des ressources et à absorber les déchets qui résultent de leur consommation) est particulièrement limitée. Cela signifie que nous aurions besoin de l’équivalent de 5,5 fois la productivité biologique (=biocapacité) de la Belgique pour absorber le CO2 issu de la combustion des combustibles fossiles. 

Nous pouvons notamment retarder le jour du dépassement en affranchissant nos systèmes énergétiques des combustibles fossiles, en passant à un régime alimentaire plus végétal, en capturant le CO2 excédentaire et en adoptant un mode de vie nécessitant moins de ressources.  

En tant qu’entreprise, comment pouvez-vous réduire votre empreinte ?  

Chez Manutan nous sommes également convaincus de la nécessité de réduire de manière significative nos émissions de carbone. Pour y parvenir, nous avons défini deux piliers importants envers lesquels nous nous engageons au moyen de diverses adaptations. Nous espérons que ces initiatives inspireront également votre organisation !  

1. Réduire la consommation de matières premières

  • Nous diminuons l’impact de notre logistique et optimisons nos flux de transport et chargements. Pour cela, nous utilisons des sources d’énergie plus propres pour nos transporteurs, nous chargeons plus efficacement les camions afin de réduire le nombre de camions sur la route et nous diminuons le nombre de kilomètres à parcourir.  
  • Nous utilisons 70 % de matériaux recyclés pour nos emballages et nous adaptons la taille de nos colis au produit transporté pour éviter le gaspillage. Nous privilégions également la réutilisation de l’emballage fournisseur.
  • Nous mettons à disposition des véhicules hybrides et électriques dédiés au déplacement de nos équipes. Des formations des collaborateurs à l’écoconduite sont en outre organisées.  
  • Les panneaux solaires sur le toit de notre siège à Anderlecht nous fournissent une source d’énergie durable. 
  • Nous travaillons avec un programme de mesure d’efficacité énergétique spécial. 

2. Promouvoir une offre responsable et favoriser l’économie circulaire

  • Notre assortiment compte plus de 17 000articles écoresponsables.  Nous privilégions toujours les produits dotés d’un label environnemental ou social, ou qui se composent d’au moins 25 % de matériaux recyclés.
  • La sélection et l’évaluation de nos fournisseurs s’effectuent sur la base de critères RSE. Pas moins de 98,5 % de nos produits proviennent en outre de fournisseurs européens.
  • Nous collaborons avec une entreprise qui collecte et reconditionne nos appareils électroniques usagés. Ces articles refurbished sont revendus ou donnés et les produits qui ne s’y prêtent pas sont recyclés. Cette procédure permet d’économiser 1 662 kilos de matériaux (aluminium, acier, cuivre), ce qui représente 77 tonnes de CO2.

Dans l’infographie « RSE chez Manutan », vous découvrirez ce que nous entendons par responsabilité sociétale des entreprises et comment nous agissons en conséquence. Téléchargez-la ici  et laissez-vous inspirer ! 

#MOVETHEDATE 

Le jour du dépassement est une initiative du Global Footprint Network. Ils proposent également un grand nombre de conseils, de solutions et de projets en vue de retarder autant que possible le jour du dépassement. Selon cette initiative, mener une vie prospère dans les limites des possibilités de notre planète n’est en effet pas hors de portée. Il existe de nombreuses solutions permettant d’améliorer la durabilité au sein des cinq domaines les plus importants : planète, villes, énergie, alimentation et population. Nous vous conseillons de vous rendre sur le site web pour voir comment vous ou votre entreprise pouvez vous engager. Ce site web propose également la #MoveTheDate Solutions Map, où vous trouverez des informations importantes sur les projets qui contribuent à équilibrer l’activité humaine et le budget écologique de la Terre. Alors ne manquez pas de découvrir la carte pour voir quelles solutions ont été mises en œuvre dans votre région, ou créez un compte et ajoutez une initiative de votre entreprise.  

Comment atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 ?

La neutralité carbone : une priorité pour chacun  

La neutralité carbone signifie qu’il y a un équilibre entre les émissions de dioxyde de carbone (CO2) produites par les activités humaines et l’absorption de CO2 par les puits de carbone à l’échelle mondiale. En stabilisant de cette manière le niveau de concentration de CO2 dans l’atmosphère, l’augmentation des températures sur la planète sera limitée. Selon le Parlement européen, les puits de carbone naturels, comme le sol, les forêts et les océans, éliminent jusqu’à 11 gigatonnes de CO2 par an, alors que les émissions mondiales atteignaient 38 gigatonnes en 2019 **. Nous devons donc réduire drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre à tous les niveaux !   

Et c’est ici que le Pacte vert de l’UE entre en jeu, car il contient plusieurs mesures politiques spécifiques.  Les entreprises devront se concentrer principalement sur la réduction des émissions des gaz à effet de serre, en l’intégrant à une politique d’achat durable. Nous allons nous y intéresser ici plus en détail par souci de clarté.  

Les achats de catégorie 1, 2 et 3  

 Les émissions de gaz à effet de serre des organisations sont généralement divisées en 3 grandes catégories :

  • Scope 1 : les émissions directes d’une entreprise produites par les équipements, les installations comme le chauffage, la ventilation, le carburant de la flotte, etc. 
  • Scope  2 : les émissions indirectes qui concernent la production d’énergie utilisée par l’entreprise, comme l’électricité.
  • Scope 3: les émissions indirectes qui concernent la chaîne de valeur, c.-à-d. toutes les émissions produites par les différentes parties prenantes (fournisseurs, prestataires de services et clients). Cela inclut par exemple l’achat de produits et de services et le transport de marchandises vers et depuis un endroit, jusqu’à et y compris l’utilisation et la fin de vie des produits et des services vendus. 

Le scope 3 doit être une source d’attention importante, car il est non seulement difficile à contrôler, mais également particulièrement néfaste. En effet, il représente environ 70 % des émissions dans la majorité des secteurs.*** Et qui d’autre que les départements Achats peuvent réduire ces émissions indirectes dans la chaîne de valeur ?  

Deux approches complémentaires    

Afin de favoriser cette transition, les départements Achats peuvent combiner deux méthodes :

Une approche ciblée
Dans ce cas, les départements se concentrent sur les gros projets. Une fois que les activités de l’entreprise avec un impact important ont été identifiées, ces départements peuvent cartographier l’état de préparation des équipes de l’entreprise et des marchés de fournisseurs. En se basant sur ce plan, les acheteurs pourront intégrer de futures modifications.   

Un changement systémique 
Les départements Achats peuvent également mettre en place une approche plus globale, par exemple :  

  • Repenser les processus, c’est-à-dire intégrer les objectifs de réduction des émissions de CO2 dans les processus stratégiques, opérationnels et de gestion.  
  • Utiliser des outils pour la gestion des achats et des prestations de services qui tiennent compte de la mesure et du contrôle des émissions de CO2. Certaines technologies, comme la blockchain et l’intelligence artificielle, pourraient en faciliter la mise en œuvre.   
  • Développer les compétences des équipes Achats de sorte qu’elles puissent évaluer les conséquences externes et les domaines où l’optimisation est possible. 

Souhaitez-vous en tant qu’acheteur démarrer du bon pied pour optimiser votre politique d’achat et la rendre plus durable ? Optez alors pour le Savin’side de Manutan : une méthode unique développée pour limiter les achats de classe C autant que possible. Nous serons ravis de vous fournir de plus amples informations !  

Une approche collective

La diminution de l’empreinte carbone ne doit pas seulement être la préoccupation des acheteurs, ils ne peuvent évidemment pas tout gérer et doivent pouvoir s’appuyer sur un écosystème interne et externe. Seules une approche collective et une logique win-win pourront permettre d’atteindre la neutralité carbone. Grâce à cette dynamique, les entreprises seront en mesure de répondre aux exigences sociales et environnementales, et de conserver également leur compétitivité. Vous souhaitez en savoir plus sur la responsabilité sociale des entreprises et la durabilité sur le lieu de travail ? Laissez-vous inspirer par nos nombreux autres articles de blogs !    

*Source : site Web de la Commission européenne 
**Source : publication du Parlement européen 
***Source : site Web EcoVadis par le Senior Vice President Sylvain Guyoton 

Le reconditionné en entreprise : un levier pour agir en faveur de l’environnement

L’essor de la seconde main

Boosté par les motivations écologiques et citoyennes, le marché de la seconde main est en pleine expansion dans le monde. Ces nouveaux modes de consommation, qui favorisent la circularité plutôt que la linéarité, s’invitent jusqu’au sein de la fonction achat. Cela s’explique car la seconde main réconcilie des enjeux économiques et environnementaux, qui sont capitaux pour les organisations. En effet, cela permet d’acquérir un produit à moindre coût, tout en allongeant la durée de vie de ce dernier. Cela favorise une consommation plus sobre en carbone et réduit ainsi l’impact environnemental des achats en entreprise.

Bien sûr, le marché de la seconde main reste complémentaire au marché du neuf, qui propose des produits toujours plus innovants et performants. Finalement, l’équilibre entre ces deux univers est la clé. C’est de cette façon que les objets auront un cycle de vie plus riche : un produit neuf pourra s’engager aisément dans la voie du réemploi sans perdre de sa valeur d’usage, jusqu’à son recyclage.

Objets d’occasion vs produits reconditionnés

Dans l’univers de la seconde main, nous pouvons distinguer deux principales catégories :

  • Les objets d’occasion ne font l’objet d’aucun contrôle ou test par un professionnel et ne bénéficient généralement pas de garantie. Il s’agit le plus souvent de produits vendus par des particuliers.
  • Les produits reconditionnés désignent les produits auxquels un industriel offre une seconde vie. Ces derniers sont testés, remis en état et réemballés par des professionnels. Ils comportent également une garantie de durée variable, selon le vendeur.Bien que les produits reconditionnés soient entièrement fonctionnels, ils ne se trouvent pas tous dans le même état. Pour que les clients puissent se repérer, les objets sont généralement classés par grade :
    • 1er grade : le produit est en excellent état. Il ne présente aucune marque d’utilisation, il est comme neuf.
    • 2ème grade : le produit est en très bon état, avec quelques légères marques d’usure telles que des micro-rayures.
    • 3ème grade : le produit est en bon état avec quelques marques d’usure (rayures, éraflures, impacts…).

Les grands favoris des produits reconditionnés

Sur le marché des produits reconditionnés, on retrouve majoritairement du matériel informatique et de la téléphonie, toutes marques confondues : ordinateurs, smartphones, tablettes, divers accessoires… Vous savez, ces produits qui représentent la principale source d’impacts du numérique mondial[1] !

C’est un secteur qui est particulièrement bien structuré, avec l’apparition de nombreux acteurs ces dernières années. Ces professionnels sont en mesurent d’auditer, tester, réparer et nettoyer les appareils dans leur intégralité, de les reconditionner dans des emballages individuels avec les accessoires compatibles, d’assurer le service après-vente et même de chiffrer l’impact positif afin de valoriser la démarche. Toute entreprise a ainsi accès à des produits reconditionnés performants, avec une traçabilité et un service de qualité. Pour les utilisateurs finaux, l’expérience est identique à celle qu’ils pourraient avoir avec un produit neuf.

Pour la fonction achat, c’est aussi la garantie de gagner en efficience économique. Les produits reconditionnés étant vendus à moindre prix par rapport au neuf, les acheteurs peuvent s’attendre à économiser jusqu’à 70 % par appareil, d’après les experts sur le marché.

Enfin et surtout, la fonction achat va pouvoir répondre à l’impératif écologique avec ces produits reconditionnés. Il faut savoir que la durée de vie moyenne d’un appareil électronique est seulement de quelques années. C’est trop peu au vu de l’impact environnemental que représente leur fabrication, notamment quand il s’agit d’ordinateurs portables, de tablettes et de smartphones qui figurent parmi les appareils les plus polluants. Une étude rédigée pour les Nations unies par deux universitaires, Eric Williams et Ruediger Kuehr, fait autorité en la matière. Ils estiment que la fabrication d’un ordinateur de bureau nécessite 240 kg de combustibles fossiles (soit 10 fois le poids de l’ordinateur lui-même), 22 kg de produits chimiques, et 1,5 t d’eau. De plus, ces appareils contiennent des quantités importantes de métaux lourds (plomb, mercure, cadmium et chrome) qui présentent des risques pour la santé des travailleurs et pour l’environnement. Face à ce constat, les auteurs soulignent l’intérêt du réemploi : « Étant donné qu’une grande partie de l’énergie utilisée au cours du cycle de vie d’un ordinateur provient de la fabrication de composants de haute technologie, qui sont généralement détruits dans les processus de recyclage pour récupérer les matières premières, le potentiel d’économie d’énergie de la revente ou de la mise à niveau est environ 5 à 20 fois supérieur à celui du recyclage. »[2]

Les produits reconditionnés représentent ainsi une option particulièrement intéressante pour les directions achats qui souhaitent s’inscrire dans une démarche d’achats responsables et optimiser leurs dépenses, sans compromis sur la qualité. Offrir plusieurs vies aux objets, réduire les gaspillages, favoriser l’économie circulaire : tels sont les nouveaux leviers d’actions d’une entreprise responsable.

Le réemploi est défini par Eurostats comme « toute opération par laquelle des produits ou des composants qui ne sont pas des déchets sont réutilisés dans le même but que celui pour lequel ils ont été conçus. »

Téléchargez notre livre blanc “Responsabilité sociétale des entreprises”

[1] GreenIT.fr, Environmental footprint of the digital world, 2019
[2] Kuehr, Ruediger & Eric Williams (eds.): Computers and the Environment: Understanding and Managing Their Impacts, Kluwer Academic Publishers, EcoEfficiency in Industry and Science Series, Dordrecht/NL, October 2003, 300 pages

Recyclage du bois et du métal : comment faire ?

Pourquoi et comment recycler le métal ?  

Le recyclage des métaux présente avant tout un intérêt écologique. Mais trois autres raisons peuvent vous pousser à recycler vos déchets métalliques : 

  1. Le recyclage des métaux permet d’économiser des ressources qui ne sont pas inépuisables. La situation est surtout préoccupante pour le cuivre et l’étain, ainsi que pour le fer et l’aluminium, mais dans une moindre mesure. 
  2. Recycler permet d’économiser de l’énergie. La production d’aluminium recyclé nécessite 20 fois moins d’énergie que la fusion de l’aluminium. En outre, contrairement à la combustion, le recyclage ne libère pas de gaz, comme le dioxyde de carbone et le soufre. 
  3. Enfin, le recyclage des métaux limite la pollution causée par leur décomposition dans l’environnement. Dans la nature, le fer et l’acier mettent jusqu’à 10 ans pour rouiller et disparaître. La décomposition de l’aluminium peut quant à elle prendre des dizaines d’années. 

Quels sont les processus impliqués dans le recyclage des métaux ?  

Heureusement, en tant qu’entreprise, vous ne devez pas vous charger vous-même du recyclage. Les nombreux acteurs présents sur la scène européenne dans le domaine du recyclage et du traitement des métaux vous facilitent la vie. Il est donc aisé de trouver un partenaire. 

Avant de commencer, il est important de savoir de quels métaux il s’agit. Ils peuvent presque tous être recyclés indéfiniment et sans perdre leurs propriétés. L’aluminium et l’acier sont les matériaux les plus utilisés, mais aussi les plus recyclés. Le recyclage se déroule en trois phases : 

Phase 1 – Le tri
Les métaux ferreux (principalement constitués de fer) sont extraits à l’aide d’aimants pour les séparer des métaux non ferreux (comme l’aluminium et le cuivre). Un second tri est parfois effectué à l’aide d’un spectromètre afin de séparer plus précisément les métaux, notamment en fonction de leur qualité.  

Phase 2 – Le traitement
Les matériaux récupérés sont broyés, coupés, taillés et éventuellement traités pour éliminer les impuretés (peinture, colle…). Ils sont ensuite pressés sous forme de balles de matériaux homogènes.  

Phase 3 – Le recyclage
Les métaux traités ainsi transformés en matières premières secondaires peuvent ensuite être fondus dans des fours industriels. Les résidus de broyage sont à leur tour triés en « fraction légère » (par exemple : mousse, plastiques et tissus) et en « fraction lourde » (bois, caoutchouc, minéraux et métaux non ferreux) afin de récupérer ces matériaux.  

Que deviennent les métaux une fois qu’ils sont recyclés ?  

Tous les métaux sont recyclables à l’infini. L’acier est fondu pour en créer du nouveau, utilisé par exemple pour fabriquer des boîtes de conserve et emballages alimentaires, des structures et renforts pour le secteur de la construction, des appareils électroménagers et de petits objets comme des clés. Selon la World Steel Association, en Europe, les produits en acier contiennent en moyenne 30 % d’acier recyclé. Celui-ci peut également être utilisé pour fabriquer des emballages respectueux de l’environnement, tels que ceux proposés par Manutan.  

L’aluminium peut notamment être recyclé en emballages alimentaires (boîtes de conserve, barquettes, feuilles d’aluminium…), aérosols, menuiserie, gouttières, ustensiles de cuisine et pièces automobiles.  

Déchets de bois : recyclage et réutilisation 

Aujourd’hui, tout le monde sait qu’il faut encourager le recyclage et la valorisation des déchets dans le cadre de la transition énergétique. Et le bois est le candidat idéal ! Les déchets de bois proviennent principalement de l’industrie (de la construction) (sciures, déchets de taille, résidus et palettes), du commerce (palettes, caisses, emballages, produits endommagés et meubles retournés) et des particuliers (déchets ménagers et encombrants). Une fois collectés et triés, les déchets de bois peuvent être utilisés à deux fins : la valorisation du matériau ou celle de l’énergie.  

Comment les entreprises peuvent-elles se débarrasser du bois ?  

Le transport du bois coûte cher et entraîne de nombreuses émissions de CO2 par tonne transportée. Ces conséquences sont encore plus lourdes pour l’énergie du bois, dont l’empreinte carbone doit rester la plus faible possible. Heureusement, de nombreux transformateurs locaux peuvent souvent absorber des quantités importantes de déchets de bois dans un rayon limité, par exemple pour la fabrication de pellets de chauffage ou paillage.   

Que deviennent les déchets de bois ?  

Une fois que les déchets de bois sont collectés et triés, ils peuvent être utilisés pour deux types de recyclage : la valorisation du matériau ou la valorisation énergétique.  

Valorisation du matériau
Les déchets de bois sont notamment réutilisés pour produire des panneaux d’aggloméré. La valorisation des matériaux comprend également la fabrication de palettes, ce qui contribue à réduire l’impact énergétique du transport de marchandises. Il existe des entreprises de recyclage qui travaillent souvent localement pour transformer les déchets de bois en paillage, pâte à papier, pellets de chauffage, litière pour animaux de compagnie, substrat d’incubation pour les insectes…  

Valorisation énergétique
Les déchets de bois peuvent être utilisés comme biomasse dans les chaudières industrielles, les réseaux de chauffage des grands immeubles d’habitation et complexes commerciaux ou le chauffage de serres. La cogénération chaleur/électricité fait également partie des possibilités.  

Le recyclage : élément indispensable de votre politique de RSE 

Le cycle de vie du bois et du métal ne s’arrête pas lorsqu’ils deviennent des déchets. Quelle que soit leur nouvelle destination, le recyclage est LA solution d’avenir pour réduire l’impact des activités humaines sur l’environnement. Un choix judicieux dans le cadre de votre politique de RSE ! 

Vous souhaitez en savoir plus sur la durabilité sur le lieu de travail et la RSE ? Inspirez-vous de notre livre blanc sur la responsabilité sociale des entreprises. 

Infographie : Les 5 étapes pour rendre mon lieu de travail responsable

De l’impact carbone à la santé des travailleurs en passant par les piliers du développement durable, certaines habitudes font la différence en matière de responsabilité des entreprises.

Gestion des déchets, bien-être des employés, choix des fournisseurs sont quelques-unes des actions à mettre en place pour créer un environnement de travail responsable.

Découvrez toutes les actions concrètes liées à ces 3 piliers dans notre infographie RSE.

Téléchargez l’infographie ici.

Infographie : La RSE chez Manutan

Chez Manutan, la RSE fait partie intégrante de notre développement. Nous avons à coeur de
toujours agir avec sincérité et responsabilité. En tant que distributeur, nous voulons travailler au progrès de tous nos partenaires : clients, collaborateurs, fournisseurs, investisseurs.
Cette infographie vous présente les fondamentaux de la politique RSE de Manutan.

Chez Manutan, notre démarche RSE repose sur 3 piliers : la réduction des émissions carbone, la promotion d’une offre responsable en faveur de l’économie circulaire et le développement de l’inclusion. 👉 Découvrez toutes les actions concrètes liées à ces 3 piliers dans notre infographie RSE.

Téléchargez l’infographie ici.

Guide d’achat : les emballages éco-responsables Manutan

Qu’est-ce qu’un emballage éco-responsable ?

Un emballage éco-responsable est recyclable. Un emballage recyclable est fabriqué dans une matière qu’il est possible de traiter pour qu’elle soit à nouveau utilisée. Ce type d’emballage est dit « écologique », car il préserve l’environnement en transformant une matière plutôt qu’en repartant de zéro. Utiliser des emballages recyclables est une manière efficace de protéger les ressources naturelles, car cela réduit le nombre de déchets et donc le niveau de pollution.

Comment savoir si un emballage est recyclable ?

Les produits et les emballages utilisés au quotidien sont estampillés de plusieurs logos différents. Ces symboles permettent de distinguer ce qui est recyclable de ce qui ne l’est pas.

Quels sont les codes de recyclage ?

Pour s’engager dans une démarche éco-responsable et adopter les bons gestes, il est primordial d’être informé sur la signification des codes de recyclage. Voici donc les principaux logos présents sur les produits et emballages utilisés au quotidien.


Le point vert signifie que l’entreprise qui a fabriqué l’emballage ou le produit est partenaire du système européen pour les emballages écologiques conformément à la directive sur les emballages et les déchets d’emballages – 94/62/CE.


Appelé Ruban de Möbius, ce logo indique que l’emballage est recyclable.


L’objectif de ces deux symboles est de renseigner le consommateur sur le pourcentage de matière première recyclée utilisée dans la fabrication de l’emballage ou du produit sur lequel ils sont apposés.


L’objectif de ce logo est pédagogique : il incite tout simplement le consommateur à jeter ses déchets à la poubelle.


Ce logo signifie que l’emballage ou le produit ne doit pas être jeté dans une poubelle classique, mais dans un conteneur spécifique.


Ce symbole Triman est présent sur tous les emballages recyclables, car il est obligatoire.


Ce logo renseigne le consommateur sur la composition d’un emballage plastique en mentionnant l’acronyme de sa matière et sa catégorie. Le chiffre indique le type précis de plastique utilisé.


Destiné aux emballages en verre, ce symbole indique qu’ils doivent être recyclés.


Les emballages en aluminium recyclables comportent tous ce logo.


Ces écolabels indiquent que les emballages respectent des critères exigeants visant à réduire leur empreinte environnementale.

Quelle matière plastique n’est pas recyclable ?

Le plastique est l’une des matières les plus difficiles à recycler. La majorité des emballages étant en plastique, il est indispensable de connaître a minima leur composition pour faire le choix d’un emballage recyclable. Un système de codification des plastiques a donc été mis en place, numéroté de 1 à 7.

Cette codification permet de connaître les caractéristiques et les propriétés de différents types de plastique et de savoir quel emballage plastique est recyclable. Il existe 4 familles de plastique : le PP (polypropylène), le PET (polyéthylène téréphtalate), le PEHD (polyéthylène haute densité) et le PEBD (polyéthylène basse densité).

Par exemple, le polyéthylène téréphtalate, qui constitue l’emballage de produits tels que les bouteilles de boissons gazeuses ou les bouteilles d’huile, est un plastique de catégorie 1, recyclable à 100 %.

Auparavant non recyclable, le polystyrène (PS) l’est à présent lui aussi. Un progrès intéressant, car il est très utilisé.

Quels sont les packagings les plus écologiques ?

L’usage d’emballages écologiques adaptés nécessite une bonne connaissance des matières premières de fabrication et de leur capacité à être recyclées.

Des emballages et des comportements éco-responsables

Aujourd’hui, la tendance est au zéro déchet. Ainsi, de plus en plus d’enseignes de magasins alimentaires proposent, dans cette optique, la vente de produits en vrac à emporter dans des sachets en papier kraft. L’idée est d’inciter les clients à ne plus utiliser de sac en plastique, ou dans le meilleur des cas, à apporter leur propre contenant.

Chez Manutan, nous proposons des produits d’emballage éco-responsables, car nous faisons le choix de nous engager pour protéger l’environnement. Pour en savoir plus, consultez notre guide d’achat sur les nouveaux produits éco-responsables pour bureau et entrepôt.

Quel emballage pollue le moins ?

L’emballage qui pollue le moins est celui qui est le plus facilement recyclable ou compostable, car biodégradable. Dans l’optique d’une démarche de développement durable, voici une liste des emballages les plus écologiques à privilégier.

Le bois

Les emballages en bois sont les moins nocifs pour l’environnement. La raison est simple : ce sont les emballages qui se recyclent le mieux et dont la fabrication présente l’impact environnemental le plus réduit.

Le verre

Le verre est fabriqué à partir de matériaux naturels comme le sable, la chaux et le carbonate de calcium. Il peut se recycler à l’infini, c’est son plus grand avantage. En revanche, sa fabrication, son transport et son recyclage demandent une quantité d’énergie importante. Il n’en reste pas moins que son côté réutilisable en fait un emballage éco-responsable intéressant.

Le métal

L’avantage du métal est sa facilité de recyclage qui demande relativement peu d’énergie. De plus, les emballages en métal peuvent être reconditionnés pour une nouvelle utilisation, comme le fût à bondes intérieures ou le fût rénové à ouverture totale que nous proposons chez Manutan.

À l’image de l’aluminium, largement utilisé dans l’emballage alimentaire, il est 100 % recyclable et ne perd pas ses qualités physico-chimiques. Alors que l’électricité nécessaire à la production initiale est très importante, le recyclage de l’aluminium ne consomme que 5 % de celle-ci.

Le plastique

Le plastique a l’image d’un matériau très polluant. Or, des efforts considérables ont été réalisés pour permettre son recyclage de manière efficace. Il faut donc se montrer attentif aux logos présents sur les emballages en plastique pour connaître la marche à suivre et adopter une démarche éco-responsable. Les emballages Manutan en plastique pour l’expédition des produits comme le film à bulles, le film à bulles recyclé, les sachets pochettes porte-documents ou encore les bacs à bec recyclés sont de parfaits exemples d’une meilleure utilisation du plastique.

Pourquoi utiliser des emballages en carton ?

Les emballages en carton ou en papier kraft sont majoritairement fabriqués à partir de bois. Ils présentent donc l’avantage d’être recyclables efficacement. De plus, un emballage en carton se recycle plusieurs fois. Par ailleurs, grâce aux progrès constants en matière de recyclage, les boîtes alimentaires souillées peuvent désormais être jetées dans le bac de tri réservé aux emballages carton, car ils sont recyclables, même sales. Si les emballages en carton restent un peu plus chers à l’achat que le plastique, ils sont tout de même d’un meilleur rapport qualité/prix que les matériaux écologiques tels que le bambou, la fibre de canne à sucre ou l’amidon de maïs, qui sont des d’excellents matériaux d’un point écologique.

Chez Manutan, nous proposons des emballages éco-responsables en carton de qualité comme nos caisses en carton simple cannelure, nos caisses en carton double cannelure ou notre caisse en carton antichoc pour palette pour le transport et l’expédition de produits divers.

Les bonnes pratiques pour un emballage éco-responsable

Outre le choix du matériau des emballages, il est conseillé d’adopter certains gestes éco-reponsables pour limiter l’empreinte carbone sur l’environnement :

  • Réduire la taille et le poids des emballages, en particulier pour l’expédition, et éviter au maximum les espaces vides dans les emballages ;
  • Supprimer les emballages inutiles. Le suremballage, destiné à embellir le packaging ou à améliorer la praticité, engendre davantage de déchets et donc plus de tri et de pollution ;
  • Bien choisir ses fournisseurs d’emballages : ils sont de plus en plus nombreux à travailler avec des matériaux certifiés plus écologiques.

Il est ainsi tout à fait possible d’utiliser des emballages éco-responsables et d’adopter des comportements s’inscrivant dans le développement durable sans pour autant perdre en performance ou en qualité. Faire des gestes significatifs pour l’environnement ne signifie nullement renoncer à satisfaire les consommateurs et permet de poursuivre ses activités sereinement.

Téléchargez notre livre blanc « Les défis du packaging »

Quels sont les 3 piliers de l’ergonomie au travail ?

Définition : qu’est-ce que l’ergonomie au travail ?

Définie en 1969 lors du 4e congrès international de l’ergonomie comme « l’étude scientifique de la relation entre l’humain et ses moyens, méthodes et milieux de travail », l’ergonomie porte aussi sur la mise en application de cette étude dans la conception d’outils et de systèmes pouvant être utilisés par le plus grand nombre dans une situation de sécurité, de confort et d’efficacité.

L’ergonomie, ce n’est donc pas seulement le confort physique, mais toute une démarche qui favorise le bien-être au travail, la manière d’adapter le poste de travail aux tâches, la prévention des risques et l’amélioration de la productivité.

L’ergonomie au travail repose sur 3 grands piliers :

  • L’ergonomie physique ;
  • L’ergonomie cognitive ;
  • L’ergonomie organisationnelle.

Ce sont les 3 leviers qui, travaillés de concert, permettent d’obtenir des résultats concluants et d’optimiser l’ergonomie générale de l’entreprise ainsi que sa productivité.

L’ergonomie physique, garante de la santé et de la sécurité au travail

L’ergonomie physique prend en compte le lien entre le corps et le poste de travail.

Elle implique :

  • La sécurité des installations ;
  • Le mode opératoire des machines et des installations ;
  • L’aménagement de l’espace de travail ;
  • L’environnement (éclairage, température, insonorisation, hygiène) ;
  • La posture adoptée au poste de travail ;
  • Les mouvements répétitifs, le cas échéant ;
  • Le travail sur écran ;
  • Les amplitudes de mouvement et les distances de sécurité.

Ergonomie et santé au travail sont donc directement liées ! L’ergonomie physique d’un poste de travail et la mise en place d’équipements adaptés sont, en effet, primordiales pour prévenir les troubles physiques et mentaux :

  • Maladies professionnelles ;
  • Accidents du travail ;
  • Troubles musculo-squelettiques ;
  • Douleurs musculaires ou articulaires ;
  • Fatigue oculaire ou liée à un environnement bruyant.

Elle s’applique à tous les types de postes et lieux de travail : ateliers, chaînes de fabrication, entrepôts, mais également bureaux, travail en extérieur, espaces d’accueil du public, etc.

Bonus pour l’entreprise, un environnement de travail ergonomique accroît la productivité des collaborateurs, car il influe directement sur leur bien-être.

Besoin d’équiper votre entreprise en matériels plus ergonomiques ? Notre guide d’achat vous permettra de trouver les meilleurs équipements pour l’aménagement des postes de travail au sein de votre organisation.

L’ergonomie cognitive : trop souvent négligée !

Un environnement de travail dont l’ergonomie cognitive n’a pas été pensée en amont peut conduire à une baisse de l’attention et de la concentration, à une fatigue anormale, voire dans les cas les plus graves, à des accidents du travail ou à un épuisement professionnel.

L’ergonomie cognitive prend donc en compte les processus mentaux que sont la perception, la mémorisation et le raisonnement. Son but est de diminuer la charge mentale en mettant au point des solutions adaptées à chaque typologie de poste.

Pour améliorer l’ergonomie cognitive d’une organisation, le travail portera, par exemple, sur les logiciels, applications et autres interfaces d’utilisation des machines.

Repenser l’ergonomie organisationnelle

Cette forme d’ergonomie vise à améliorer les conditions de travail, à la fois à titre individuel et à titre collectif. Elle s’appuie autant sur les rythmes physiologiques des collaborateurs que sur les impératifs de l’entreprise.

L’ergonomie organisationnelle concerne notamment :

  • Les règlements et process ;
  • Le travail en équipe ;
  • L’organisation du télétravail ;
  • La communication interne à l’entreprise ;
  • Les horaires de travail ;
  • Les plans de formation ;
  • La gestion de la qualité.

La présence d’un ergonome du travail est fréquente dans les grandes entreprises. Les TPE et PME peuvent, quant à elles, s’adresser à un cabinet externe. Celui-ci les conseillera et les guidera dans la mise en place des équipements, process et autres outils afin de garantir une ergonomie complète et ainsi de veiller sur la santé et la sécurité de tous.

Téléchargez notre livre blanc « Responsabilité sociétale des entreprises ».