Fonction achat : 3 conditions pour amplifier la relance de l’activité en deuxième partie d’année

Travailler malin et efficacement

Pour la fonction achat, la bataille pour que les entreprises restent en capacité de fonctionner malgré le confinement lié à l’épidémie de Covid-19 touche à sa fin. L’essentiel a été fait par les fonctions achats pour garantir la continuité d’activité des entreprises.

L’enjeu est maintenant de gagner la nouvelle bataille qui s’annonce. Pour la fonction achat, le défi consiste en effet à placer l’entreprise en position de reconquérir le terrain perdu pendant la crise. Ou mieux encore de participer en position favorable à l’inévitable redistribution des cartes qui s’annonce pour la deuxième partie de l’année.

3 conditions doivent être remplies par la fonction achat :

  • Achever sa digitalisation
  • Alimenter le processus d’innovation de l’entreprise
  • Renforcer la supply chain

La digitalisation de la fonction achat menée à son terme

La fonction achat a déjà parcouru beaucoup de chemin dans la digitalisation de ses processus.

La crise du Covid-19 invite maintenant la fonction achat à accélérer, avec l’idée d’être davantage intégrée dans un écosystème global de plus en plus distant.

En effet la généralisation prévisible des pratiques de télétravail concerne tout le monde :

  • L’équipe achat elle-même
  • Ses interlocuteurs chez les fournisseurs et les partenaires
  • Ses interlocuteurs parmi ses clients internes

Il faudra donc à la fonction achat trouver très vite des solutions digitales inédites pour relever les défis que cette généralisation ne manque pas de proposer :

  • Garantir la sécurité des échanges et l’archivage des données et des informations
  • Inventer des protocoles de validation et de prise de décision 100 % numériques
  • Parachever la dématérialisation des processus de demande d’achat et de traitement des factures fournisseurs

Une fonction achat en pointe dans la captation de l’innovation

La deuxième condition pour que la fonction achat contribue au rebond attendu en deuxième partie d’année concerne l’innovation. En effet, la donne est appelée à changer rapidement :

  • Nouvelles attentes de la part des clients,
  • Nouvelle structuration de la chaîne de valeur des entreprises
  • Importance stratégique de la traçabilité des composants entrant dans la proposition de valeur de l’entreprise

Les nouvelles attentes de la part des clients se manifestent par exemple par une plus grande demande de sécurité de leurs approvisionnements.

Du côté des entreprises, la crise du Covid-19 et les nouveaux rapports de force qui en ont découlé invitent à davantage anticiper les perturbations dans l’organisation.

Enfin, la traçabilité, enjeu déjà très présent dans le quotidien de la fonction achat, en raison des exigences RSE, prend une nouvelle importance. En effet, la stratégie de management du risque des clients BtoB de l’entreprise induira forcément une attention nouvelle aux fournitures de rang 2. C’est-à-dire que les entreprises souhaiteront de plus en plus tracer les composants qu’elles intègrent dans leur chaîne de valeur (fournitures de rang 1) mais également les composants intégrés dans la chaîne de valeur de leurs fournisseurs (fournitures de rang 2).

Une fonction achat attentive à renforcer la supply chain

La dépendance des entreprises à la robustesse de la supply chain pour continuer leur activité a déjà fait l’objet de nombreux articles et analyses.

La contrainte pour la fonction achat, la partie aiguë de la crise étant pour l’essentiel surmontée et les réponses d’urgence trouvées, est de renouveler largement son logiciel.

En particulier, l’expérience en cours invite à réinventer la stratégie achat en pondérant plus fortement trois impératifs :

  • La diversification des fournisseurs, pour réduire la dépendance à chacun d’entre eux
  • La réduction de la sophistication des références, de manière à augmenter l’interchangeabilité des partenaires en cas de défaillance de l’un d’entre eux
  • La proximité des fournisseurs les plus stratégiques, d’un point de vue géographique mais surtout systémique, pour augmenter l’intérêt réciproque de la relation

En conclusion, la transformation des entreprises et des marchés s’accélère. Cette mutation est à la fois une conséquence de la crise et un levier pour y faire face de façon durable. La fonction achat est évidemment fortement incitée à apporter des réponses nouvelles. En effet, les entreprises s’appuient sur ses réponses pour construire le rebond d’activité dont elles ont besoin.

Le palier à franchir est à la portée de la fonction achat, depuis longtemps mise au défi de la transformation continue. Pour s’en convaincre, il suffit de lire le blog suivant : Fonction achat, pourquoi réinventer son fonctionnement ?

Suivre MANUTAN sur