Travailler en toute sécurité : tout sur l’amiante et le désamiantage

L'hygiène et la sécurité au travail

Au siècle dernier, l’amiante était considéré comme un matériau miracle et bon marché. Hélas, les risques sanitaires ne sont apparus que quelques années plus tard. À l’heure actuelle, on trouve encore régulièrement de l’amiante dans certains bâtiments ou produits. Vous voulez vous protéger face à ce danger ? Cet article vous indique ce qu’il faut savoir sur l’amiante et vous livre quelques conseils pour un désamiantage en toute sécurité.

Définition de l’amiante

L’amiante est un produit naturel constitué de fines fibres microscopiques. Au fil du temps, nous avons appris que ce matériau présentait de sérieux risques sanitaires et qu’il était à l’origine de troubles respiratoires, voire de certains cancers du poumon. C’est la raison pour laquelle l’amiante est interdit depuis 1998. Pourtant, il est encore présent dans toutes sortes de produits et constructions.

L’amiante entre encore dans la composition de plus de 3.500 produits. Vous trouverez encore ce matériau en grande quantité essentiellement dans les bâtiments et matériaux de construction. Par conséquent, que vous soyez ouvrier, électricien ou monteur, il y a de fortes chances que vous soyez amené à travailler en présence d’amiante.

 Types d’amiante

Il existe six types d’amiante : blanc, bleu, brun, jaune, gris et vert. Toutefois, après traitement, ces variétés ne se distinguent plus les unes des autres. C’est pourquoi il est préférable de faire la distinction sur la base des éléments suivants :

  • Fibres d’amiante non friables : ces fibres adhèrent à un autre matériau, tel que le ciment dans la plupart des cas. Les plaques ondulées, panneaux muraux et tuyaux pour canalisations d’égout, de gaz et d’eau de marque Eternit constituent autant d’exemples connus.
  • Fibres d’amiante friables : ces fibres n’adhèrent à aucun autre matériau. De ce fait, le risque de dégagement de ces fibres d’amiante dans l’air est sensiblement plus élevé. Par conséquent, il faut systématiquement recouvrir ces fibres ou procéder à leur élimination. De telles fibres entrent dans la composition de voiles en vinyle, de panneaux d’isolation et de l’amiante floqué

Les formes d’amiante les plus fréquentes sont les suivantes :

  • Ciment d’amiante entrant dans la fabrication de plaques ondulées, matériaux de construction et canalisations d’eau
  • Papier / carton d’amiante entrant dans la fabrication de panneaux et de revêtements de sol
  • Plaquettes de frein à l’amiante pour voitures, camions et autobus
  • Isolation à l’amiante des canalisations, chaudières et bateaux
  • Joints et garnitures contenant de l’amiante utilisés dans les secteurs industriel et du chauffage

Démarche à suivre en cas de découverte d’amiante

Vous risquez d’être confronté à la présence d’amiante dans le cadre de vos activités professionnelles.  Même si vous travaillez dans un bureau. Toutefois, ce risque est plus élevé pour les professionnels du secteur de la démolition, de la rénovation ou de la maintenance (prétraitement, peintures ou perçage de canalisations en ciment d’amiante) et employés par les entreprises de désamiantage.

Si vous détectez la présence d’amiante, vous devez immédiatement arrêter le travail et interdire l’accès au lieu de travail concerné. Ensuite, vous devez faire appel à une entreprise agréée de désamiantage. Cette dernière détermine entre autres la classe de risque de la dépollution et arrête un plan d’assainissement. Toute opération de désamiantage doit être communiquée à un fonctionnaire du SPF ETCS.

L’habilitation des entreprises à procéder au désamiantage en tant que tel dépend de la situation rencontrée. En règle générale, un professionnel détenteur du certificat de formation annuel « traitements simples » est autorisé à procéder à l’élimination simple et relativement sûre de fibres d’amiante non friables. Néanmoins, si l’amiante est friable, endommagé ou sérieusement rongé, seul un désamianteur professionnel est habilité à intervenir.

Conseil : En matière de déchets d’amiante, les dispositions varient d’une région à l’autre voire d’une commune à l’autre. Pour savoir si ces déchets sont autorisés et dans quelles conditions, adressez-vous aux services communaux de l’environnement ou aux organismes régionaux compétents.

Désamiantage en toute sécurité

Il va sans dire qu’il convient de privilégier la sécurité individuelle lors de tout désamiantage. À cet égard, les équipements de protection individuelle conçus pour le désamiantage ainsi que les mesures de sécurité générales revêtent une importance cruciale. Les paragraphes ci-après traitent des équipements requis :

Yeux et poumons – protection des voies respiratoires

S’agissant de la protection des voies respiratoires en présence d’amiante, plusieurs options sont envisageables. Le bon choix dépend entre autres de la classe de risque dont relève le désamiantage. Soyez attentif aux points suivants :

  • Masque jetable FFP3 : ces masques respiratoires à usage unique ne sont adaptés qu’à l’exécution d’interventions occasionnelles de courte durée et aux intervenants glabres ou rasés de près.
  • Demi-masque pourvu d’un filtre P2 : ces masques adhèrent davantage au visage que les masques jetables, mais ils n’offrent pas le même niveau de sécurité qu’un masque complet. C’est pourquoi ils ne sont pas adaptés à un usage quotidien dans un environnement pollué à l’amiante.
  • Masque complet pourvu d’un filtre P3 : ces masques sont adaptés/indispensables en cas de travail quotidien dans un environnement pollué à l’amiante.
  • Appareil de protection respiratoire motorisé : ces appareils sont conçus pour travailler quotidiennement avec de l’amiante. Les appareils de cette nature refoulent une grande quantité d’air dans le masque individuel en engendrant de la sorte une surpression. Conséquence : les fibres d’amiante ne peuvent pas pénétrer dans le masque. Par ailleurs, l’usage de ces appareils de protection respiratoire est adapté aux barbus.

Si vous n’êtes pas muni d’un masque complet lorsque vous intervenez, vous devez vous protéger les yeux au moyen d’une paire de lunettes de protection.

Pour plus d’informations concernant la protection des voies respiratoires, lisez notre blog consacré à la protection des voies respiratoires et découvrez-y quelques conseils pratiques.

Corps – combinaison

Protégez votre corps en enfilant une combinaison jetable à capuchon. Cette combinaison prévient tout contact direct entre l’amiante et votre corps. Veillez à ce que le capuchon recouvre bien le front et à ce qu’il adhère, le cas échéant, au masque de protection des voies respiratoires.

Mains – gants imperméables

Protégez-vous les mains en enfilant une paire de gants imperméables. Veillez à ce que vos gants adhèrent parfaitement à votre combinaison.

Pieds – bottes de travail imperméables

Optez pour une paire de bottes imperméables pour que vos pieds bénéficient également d’une protection satisfaisante. Veillez à ce que vos bottes adhèrent parfaitement à votre combinaison.

Maintien d’un environnement sûr lors du désamiantage

L’emploi d’un balai est rigoureusement interdit pendant le désamiantage. L’emploi d’un aspirateur à poussières dangereuses tel que ceux de la série HZ (Hazardous Dust) s’impose dans le cas présent et contribue à prévenir la présence de particules d’amiante en suspension dans l’espace environnant. De plus, cet appareil est indispensable au nettoyage en profondeur des lieux traités. Quant au transport de l’amiante, l’usage de sacs à déchets spéciaux ou d’une caisse-palette conformes à la norme ADR/UN est impératif.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier certaines mesures connexes telles que la pose de panneaux d’avertissement. Dans le cadre d’une activité à risque telle que le désamiantage, il est important d’informer anticipativement les tiers. Il faut veiller en outre à l’installation de douches mobiles pour que les travailleurs puissent directement se doucher. Enfin, en cas d’exécution de travaux en hauteur, il faut prendre les mesures appropriées pour prévenir les risques de chute.

Par ailleurs, le respect des règles est capital non seulement pour préserver la santé des travailleurs, mais aussi pour éviter d’éventuelles conséquences financières. Les amendes peuvent atteindre plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Méthode de désamiantage

Comme précédemment indiqué, la probabilité de se retrouver en présence d’amiante est plus élevée dans certains contextes professionnels. Si vous participez directement ou indirectement à la démolition, la transformation ou la rénovation d’immeubles, exécutez les étapes suivantes :

  • Faites inventorier l’amiante par un désamianteur agréé. Ce dernier doit être agréé par le Ministre du Travail
  • Déterminez s’il y a lieu de procéder ou non à un désamiantage.
  • Publiez un avis de démolition ou demandez un permis.
  • Identifiez la société à laquelle vous allez confier l’enlèvement de l’amiante. S’il s’agit de fibres d’amiante friables ou de produits à l’amiante particulièrement dégradés, seule une entreprise agréée peut s’en charger.

Manutan en fait toujours plus pour votre sécurité

Voilà pour nos informations et conseils concernant le désamiantage. Si vous souhaitez en savoir plus sur la sécurité au travail, découvrez nos autres blogs et articles consacrés à l’amiante. Nous contribuons volontiers à renforcer votre sécurité sur votre lieu de travail.

Manutan se fait un plaisir de vous aider 

Vous souhaitez en savoir plus ? Dans notre blog, nous vous présentons des informations utiles, des conseils et des astuces pratiques pour aménager votre lieu de travail de manière durable et ergonomique, et en assurer le fonctionnement optimal.

Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ? Le helpdesk de Manutan se tient à votre disposition pour vous donner un complément d’information et des conseils personnalisés. Saisissez vos coordonnées ci-dessous et envoyez-nous votre question. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Nom*
Contact

Suivre MANUTAN sur