Gilets de sécurité et vêtements de haute visibilité : les règles à suivre

L'hygiène et la sécurité au travail

Voir et être vu : tels sont les mots-clés de la sécurité au travail. Cela est d’autant plus vrai en période hivernale, lorsqu’il fait déjà sombre durant les heures de travail, que les conditions climatiques sont loin d’être optimales et que la mauvaise visibilité joue des tours à de nombreux travailleurs. Dans de telles conditions, les vêtements de travail ou de signalisation qui assurent davantage la visibilité des employés se révèlent indispensables. Découvrez ici les trois catégories dans lesquelles sont classés les gilets et autres vêtements de sécurité, mais aussi dans quelles conditions il est préférable de les porter.

Quand porter des vêtements de signalisation ?

De nombreux accidents peuvent être évités sur les lieux de travail à haut risque grâce au port de vêtements de visibilité. L’ensemble des exigences relatives à la sécurité au travail, y compris celles liées aux vêtements de haute visibilité, vêtements de signalisation ou vêtements réfléchissants, sont reprises dans un seul et même arrêté royal. Les annexes au Code, livre IX, titre 2 (« Équipements de protection individuelle ») listent notamment les activités et circonstances de travail nécessitant la mise à disposition de « vêtements de signalisation ». Si vous souhaitez lire vous-même ce que ce (long) document a à dire sur le sujet, utilisez la fonction recherche de texte et tapez « vêtements de signalisation ». Nous avons également rassemblé ci-dessous les points essentiels à retenir.

1.     Sur ou aux abords de la voie publique

Si vous travaillez sur ou aux abords de la voie publique alors que des véhicules y circulent, vous êtes dans l’obligation de porter des vêtements de signalisation. Les activités de travail concernées par cette disposition vont des travaux de voirie à l’entretien des bermes en passant par le contrôle des conduites et canalisations, le chargement et déchargement de camions, et bien plus encore. La collecte des immondices, par exemple, fait elle aussi partie des activités listées sous ce point.

2.     Opérations de premier secours et de premiers soins

Lorsque les circonstances et/ou le moment de la journée nuisent à la visibilité des travailleurs des services d’incendie, de premier secours, de dépannage et de premiers soins, ceux-ci doivent porter un gilet de sécurité ou tout autre vêtement de signalisation.

3.     Autres

La loi prévoit enfin une dernière catégorie de travailleurs devant porter de tels vêtements, à savoir les « travailleurs qui sont tenus de porter des vêtements de signalisation en vertu d’autres dispositions réglementaires. »

Trois catégories de vêtements de sécurité

Le Moniteur belge du 2 juillet 2013 désigne la norme EN ISO 20471:2013/A1:2016 (la partie située après la barre oblique signifiant « modifié pour la première fois en 2016 ») comme la norme de référence en matière de vêtements à haute visibilité. Cette norme définit trois niveaux de risque (faible, modéré, élevé) et précise pour ce dernier niveau des exigences vestimentaires supplémentaires catégorisées en trois classes.

1.     Risque faible ou modéré

Dans des circonstances présentant un risque d’accident faible ou modéré, le port de vêtements de sécurité est avant tout nécessaire pour des questions de sûreté et d’amélioration de la visibilité. Les vêtements portés dans ces circonstances sont principalement des brassards ou harnais enfilés au-dessus des vêtements habituels (pour les promenades ou séances de jogging, par exemple) et ne conviennent pas aux situations professionnelles.

2.     Risque élevé

Comme expliqué précédemment, les vêtements de sécurité à porter en cas de circonstances à risque d’accident élevé sont répartis en trois classes. Pour commencer, une distinction est faite entre les tissus fluorescents et réfléchissants. Les matériaux fluorescents améliorent la visibilité en plein jour et son disponibles en trois couleurs : rouge, jaune et orange. Quant aux matériaux réfléchissants, ils réfléchissent la lumière émise par des sources lumineuses artificielles au crépuscule ou en pleine nuit. Deuxièmement, les vêtements de sécurité pour risque d’accident élevé sont également classés selon leur surface minimale ou la quantité de tissu fluorescent et/ou réfléchissant utilisée pour leur fabrication. Attention : les vêtements de tailles inférieures affichent des surfaces réduites de tissus fluorescent et réfléchissant. Si vous choisissez un vêtement de trop petite taille, vous risquez de ne pas répondre aux exigences en vigueur.

  • Vêtements de sécurité classe 1

Les vêtements de haute visibilité de classe 1 se composent au minimum de 0,14 m² de tissu fluorescent et de 0,10 m² de tissu réfléchissant. Ces vêtements possèdent avant tout une utilité dans les situations qui présentent un risque faible d’accident dû à la mauvaise visibilité, ce qui signifie qu’ils ne convient pas aux opérations de travail sur les voies publiques non fermées à la circulation, mais bien sur les sites d’entreprises où la visibilité est correcte.

  • Vêtements de sécurité classe 2

Les vêtements de sécurité de classe 2 sont portés durant les opérations de travail à risque d’accident modéré, par exemple lors de travaux effectués sur la voie publique en journée et dans des agglomérations. La surface minimale de tissu fluorescent doit être de 0,5 m² pour un gilet de sécurité ou autre vêtement de cette classe. Quant à la surface de tissu réfléchissant, elle doit être d’au moins 0,13 m². Soulignons aussi que certains pantalons et vestes de classe 2 conviennent aux opérations de travail de classe 3 une fois portés en semble.

  • Vêtements de sécurité classe 3

À cette classe appartiennent les vêtements de protection à visibilité accrue destinés aux opérations de travail dangereuses effectuées dans le noir ou le long des autoroutes. La surface de tissu réfléchissant de ces vêtements doit ainsi être supérieure à celle des vêtements de classe 2, avec une surface minimale de 0,2 m² (et de 0,8 m² pour le tissu fluorescent). Dans la pratique, cela signifie que seules les combinaisons intégrales (ou presque) répondent aux exigences en vigueur et que les bras et jambes des travailleurs doivent être intégralement couverts. Dans pareille situation, combinez donc toujours une veste haute visibilité avec un pantalon réfléchissant.

Conseils pour vos vêtements de signalisation

Portez le plus souvent possible votre veste de sécurité fermée. Vous profiterez ainsi au maximum de ses surfaces réfléchissantes et fluorescentes, et serez visible sous tous les angles (à 360°). Lisez également bien les instructions de lavage de vos vêtements de sécurité. Vous y trouverez parfois le nombre maximal de lavages autorisés avant que leur couleur ne s’estompe. Attention : certains vêtements de sécurité ne peuvent être lavés à la machine et doivent être confiés à un spécialiste du nettoyage industriel.

Manutan en fait toujours plus pour votre sécurité

Vous ne savez pas quels vêtements de signalisation acheter ? Un conseiller en prévention peut vous venir en aide. Si vous souhaitez en savoir plus à propos des possibilités d’amélioration de la sécurité sur le lieu de travail, vous pouvez en outre consulter nos autres articles de blog ou prendre contact avec le helpdesk pour recevoir des conseils sans engagement. Et surtout, n’hésitez pas à jeter un œil à notre large offre d’articles disponibles sur notre webshop.

Manutan se fait un plaisir de vous aider 

Vous souhaitez en savoir plus ? Dans notre blog, nous vous présentons des informations utiles, des conseils et des astuces pratiques pour aménager votre lieu de travail de manière durable et ergonomique, et en assurer le fonctionnement optimal.

Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ? Le helpdesk de Manutan se tient à votre disposition pour vous donner un complément d’information et des conseils personnalisés. Saisissez vos coordonnées ci-dessous et envoyez-nous votre question. Nous vous répondrons dans les plus brefs délais.

Nom*
Contact

Suivre MANUTAN sur